8. OUI à un partenariat mondial
Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Objectif 2015 : mettre en place un partenariat mondial
pour le développement

L’objectif 8 en détail


Quel partenariat mondial ?

> Instaurer un système commercial et financier juste, fondé sur des règles prévisibles et non discriminatoires : la Commission européenne a éliminé l’ensemble des taxes douanières aux importations de tous les produits (sauf les armes) en provenance des pays les moins avancés (PMA).

> Alléger ou annuler la dette des pays pauvres très endettés : lancée en 1996, cette initiative a bénéficié à 40 pays, dont 33 en Afrique.

> Accroître l’aide au développement : les pays riches se sont engagés à consacrer 0,70 % de leur RNB à cette aide d’ici 2015.

> Permettre aux jeunes de trouver un travail décent : ce doit être un objectif premier des politiques économiques nationales et de l’aide au développement afin de soutenir une croissance riche en emplois.

> Partager les savoirs : afin de rendre accessibles les médicaments essentiels, notamment pour la lutte contre le sida, les pays en développement ont le droit de déroger aux règles de protection des brevets pour les produire ou les importer.

> Faciliter les transferts de technologies par le secteur privé : entre 2000 et 2006, l’Afrique est passée de 15 à 160 millions de téléphones portables grâce à des investissements privés qui ont contribué à réduire la fracture numérique.

> Négocier des accords globaux qui associent les pays en développement et prennent en compte leurs besoins. L’adaptation au changement climatique et la rémunération des services environnementaux que rendent les pays tropicaux à la planète en conservant leurs forêts seront au cœur des nouveaux accords sur le climat.

Les enjeux

> L’aide au développement répond à un impératif de solidarité des pays riches à l’égard des pays en développement. Des liens d’interdépendance forts existent désormais entre eux.

> Les inégalités économiques et sociales sont des entraves au développement à long terme. Elles génèrent, au sein des sociétés et entre les pays, des tensions voire des crises qui s’avèrent coûteuses pour tous.

> Le changement climatique, les maladies contagieuses émergentes et les pollutions affectent l’ensemble de la planète, quelle que soit leur origine géographique (au Nord comme au Sud).

> L’aide au développement n’est qu’une dimension des relations entre pays riches et pays en développement. Les échanges de biens et de savoirs, les migrations, les transferts financiers, la confrontation des cultures peuvent aggraver les inégalités et les tensions ou, au contraire, être de puissants moteurs de progrès.

> Le partenariat mondial pour le développement a pour objectif d’ instaurer une gouvernance mondiale dans laquelle les pays les plus pauvres auront toute leur place et dont ils seront les principaux bénéficiaires. Il implique d’accroître le soutien financier à ces pays et d’améliorer l’efficacité de l’aide.


La France s’engage

1 Depuis 2001, le montant global de l’aide française a doublé pour atteindre 9,4 milliards d’euros en 2011, dont 11 % sont consacrés aux annulations de dettes. Des efforts importants restent néanmoins nécessaires pour atteindre l’objectif de 0,70 % du RNB en 2015. Au-delà des montants, c’est la qualité et l’adéquation de l’aide aux besoins des populations qui seront les garants de son efficacité.

2 L’engagement des citoyens est également essentiel : leur vigilance vis-à-vis du montant et de l’efficacité de l’aide, et vis-à-vis de la bonne gestion des biens publics mondiaux (biodiversité, santé, sécurité alimentaire, diffusion de la connaissance…), est primordiale pour garantir la poursuite des efforts nécessaires à l’atteinte des 8 objectifs.

Où en est-on ?

L’aide aux pays en développement est à son plus haut niveau, sans pour autant atteindre l’objectif fixé.

En dépit des problèmes économiques, le protectionnisme a été évité grâce à une bonne coopération internationale.Le monde est de plus en plus connecté grâce aux communications mobiles à grande vitesse, mais 2/3 de la population mondiale n’ont pas encore accès à Internet.


Aide Publique au Développement des 22 pays donateurs de l’OCDE (en pourcentage du RNB)

Référence 1990 : 0,33 %
Situation 2010 : 0,32 %
Objectif 2015 : 0,70 %








Aide Publique au Développement distribuée par la France (en pourcentage du RNB)

Référence 1990 : 0,35 %
Situation 2011 : 0,46 %
Objectif 2015 : 0,70 %

OCDE : Organisation de Coopération et de Développement économique
RNB : Revenu National Brut
PIB : Produit Intérieur Brut

  • LE KIT EXPO

    l'expo
  • HUIT : le livre

    le livre
  • HUIT : le film

    le film