7. OUI à un environnement durable
Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Objectif 2015 : assurer un environnement durable

 

L’objectif 7 en détail

> Intégrer le développement durable dans les politiques nationales et enrayer l’épuisement des ressources naturelles.

> Réduire de moitié le pourcentage de population qui n’a pas accès à l’eau potable et à des services d’assainissement.

> Améliorer la vie d’au moins 100 millions d’habitants de taudis.

 


LES ENJEUX

>L’environnement concerne aussi bien les grands équilibres de la planète (climat, biodiversité) que la qualité de vie ou la préservation des ressources naturelles.

> Améliorer l’habitat, permettre l’accès à l’eau potable, à l’assainissement et à une énergie propre, c’est faciliter le développement

> Les écosystèmes naturels et ceux façonnés par l’homme (via l’agriculture) fournissent des services indispensables à la survie des populations les plus pauvres, comme à toute l’humanité : eau, alimentation, médicaments, combustibles…


> Sur l’ensemble de la population mondiale, les urbains sont aujourd’hui plus nombreux que les ruraux. Gérer la croissance et améliorer les conditions de vie des urbains requiert des investissements importants dans le logement, l’assainissement, l’eau, l’énergie et les transports.


UN EXEMPLE :

PRESERVATION DU SECOND POUMON DE LA PLANETE : LES FORETS DU BASSIN DU CONGO

Les forêts du bassin du Congo, qui s’étendent sur 180 millions d’hectares (plus de deux fois la France), sont d’une importance cruciale pour la conservation de la biodiversité mondiale. Elles fournissent des services écologiques essentiels (climat, protection des sols, etc.), estimés à plusieurs milliers de dollars par hectare.

Ces forêts tropicales, les moins dégradées de la planète, constituent le réservoir en eau d’une vaste partie de l’Afrique et procurent l’énergie et l’alimentation à 65 millions de personnes parmi les plus pauvres du monde. La forêt représente 60 % du PIB hors pétrole du Gabon, 50 % des recettes d’exportation de la République Centrafricaine et 20 % de celles du Cameroun ainsi que plus de 100 000 emplois.

Étendre les aires protégées, soutenir les plans d’exploitation durable et sanctionner les autres, respecter les droits des communautés autochtones nécessite un engagement important et de long terme de tous les acteurs régionaux (États, entreprises, ONG), et doit être appuyé par la communauté internationale.

Lancé en 2002, le Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo présente des résultats concrets : 18 millions d’hectares sont aujourd’hui protégés, 7 millions sont aménagés et 1,4 million bénéficie d’une certification garantissant une gestion concertée entre les différents acteurs.


La France s’engage

1 En 2009, la France a engagé 2 milliards d’euros dans la protection de la biodiversité, la lutte contre le changement climatique et la désertification dans les pays en développement. Elle continue à s’investir dans la préservation des écosystèmes fragiles et de la diversité biologique, la gestion durable des ressources naturelles ou encore la gestion partagée des bassins hydrographiques.

2 En 2011, La France a consacré plus de 700 millions d’euros pour l’accès à l’eau potable et à l’assainissement. 800 000 personnes supplémentaires disposent ainsi d’eau potable et 500 000 personnes de l’assainissement. Ces financements contribueront également à l’amélioration du service d’eau potable pour 2,5 millions de personnes par an et de l’assainissement pour 1,5 million de personnes par an.

Où en est-on ?

La cible concernant l’eau potable a été atteinte et sera donc dépassée, même si une personne sur dix n’y aura toujours pas accès en 2015.
La cible concernant l’assainissement risque de ne pas être atteinte. Près de 2,6 milliards de personnes n’ont toujours pas d’infrastructure d’assainissement améliorée.

La proportion d’urbains vivant dans des taudis a fortement diminué, mais l’urbanisation augmentant à un rythme plus rapide, il est nécessaire de fixer de nouvelles cibles.


Pourcentage d’aires protégées dans les pays en développement

Référence 1990 : 6,9 %
Situation 2009 : 10,4 %
Objectif 2015 : 11 %











Pourcentage de la population ayant accès à l’assainissement dans les pays en développement

Référence 1990 : 41 %
Situation 2010 : 53 %
Objectif 2015 : 77%











Pourcentage de la population urbaine vivant dans des taudis dans les pays en développement

Référence 1990 : 47 %
Situation 2009 : 36 %
Objectif 2015 : < 37 % (objectif atteint)


  • LE KIT EXPO

    l'expo
  • HUIT : le livre

    le livre
  • HUIT : le film

    le film